• François DesRosiers

Comment tricher l’heure du jour



Hier soir, j’ai eu le plaisir de travailler avec un nouveau mannequin qui m’a été référé par un collègue au travail. C’est toujours plaisant et un aussi un défi que de faire un shooting avec quelqu’un qu’on ne connait pas. J’avais vu des photos d’elle et je la trouvais fort jolie, alors je me suis dit, ça fait longtemps que je n’ai pas fait de portrait, c’est le temps. On avait convenu de se retrouver chez Lozeau, à la fin de ma journée et en fonction de la température on ferait ça dehors ou en dedans. Ciel nuageux, lumière douce, mais pas de direction de lumière. Parfait pour faire des tests avec de nouveaux équipements, encore une fois.


Pour commencer, j’ai mon Olympus OMD EM1 Mark II avec comme objectifs, 12-100 F4 et 40-150 F2,8. Je me suis dit qu’il était temps d’utiliser comme il faut mes transmetteurs-récepteurs radio Cactus V6 II et mes flashs Olympus FL 900 R et Cactus RF60X, afin de travailler en flashs déportés. Aussi, le but de cette session était principalement de faire l’essai du système de modificateur de lumière Magmod. Donc une belle soirée en perspective pour que tout aille bien ou non.

Ça commence avec un problème de synchronisation de flash avec mon boitier Olympus, j’ai toujours une bande de sous-exposition indépendamment de la vitesse à laquelle je suis. Quelques cheveux blancs plus tard, je suis tout de même avec un modèle qui ne me connait pas et un confrère de travail qui lui a dit que j’étais un bon photographe avec de l’expérience et tout le tralala et mon frère italo pour rire de moi. Le problème était que la dernière fois que j’ai utilisé mon boitier, c’était pour photographier mes herbes magiques et que je m’étais mis en mode silencieux. Faut pas réveiller les herbes qui dorment sur l’eau. En me remettant sur le mode d’avancement simple, le tout est redevenu correct et mon égo aussi. C’était pas si pire que ça tout de même.


Au début, je regarde toujours ce que ça donne avec la lumière ambiante et ensuite si le besoin est, j’ajoute un flash. Ici, 1/160s F4 pour iso 400. j’ai une lumière OK sur l’arrière-plan, mais trop sombre sur Marième . J’ai donc utilisé mon flash Olympus sur un Cactus V6 II en mode manuel et … ça marche pas. Tab.. Que je me dis, pourquoi?. Le signal est bon, mais le flash part pas. Je respire par le nez et de ça me vient l’idée de changer les batteries du flash. Miracle, ça marche. Le flash avait juste assez d’énergie pour tout allumer, mais pas pour partir. Maintenant, c’est ça que ça a donné. Pour que la lumière soit douce, j’ai mis un Magsphere sur mon flash et Carl le dirigeait de façon à créer un beau modelé sur le visage de Marième. J’avoue que c’est un système que j’aime vraiment beaucoup. Le tout est connecté par des aimants. Ça tient bien, c’est facile de changer les accessoires et c’est bien fait. Ça va surement faire partie de mon arsenal de photographe. De cette façon, j’ai suffisamment de lumière dans l’arrière-plan et je contrôle celle sur mon modèle. Le fun est commencé.


En augmentant ma vitesse et en fermant l’ouverture un peu, j’ai coupé beaucoup de lumière sur le fond, ce qui donne un effet de plus tard dans la soirée. C’est plus dramatique comme ambiance. On aime ou pas, mais moi j’aime , comme celle d’avant et celle d’après. Ce sont des variations qui sont possibles avec le contrôle des outils que l’on a dans notre expérience et notre désir d’aller plus loin.


Pour changer un peu, je me suis redonné de la lumière de fin de journée et j’ai ajouté un autre flash pour éclairer les magnifiques cheveux de Marième. Au lieu d’avoir une simple lumière blanche, j’ai mis un gel ambre sur le flash arrière. Le tout est encore fait avec le système Magmod, ça tient comme magie avec les aimants et le contrôle est bon. Le flash qu’italo tient est un Cactus RF60X, qui a un système radio intégré. Avec les transmetteurs récepteurs Cactus et le RF60X, je peux changer à distance la puissance de mes flashs. C’est plus simple que de m’obstiner avec Italo ou de le réveiller dans ses songes métaphysiques.


Pour ce portrait serré , j’ai encore une fois augmenté la vitesse, 1/250, fermé plus, F6,3 et mis le flash principal très près de Marième pour profiter de la perte rapide de la lumière afin de me donner un fond noir. Plus mon flash est proche de mon sujet, moins l’arrière-plan recevra de lumière.

J’aime vraiment beaucoup jouer avec tout ça et créer des photos qui ressemblent à ce que je pense.

Merci de me suivre, abonnez-vous à mon blogue et à bientôt.

Desros


12 vues1 commentaire
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now